Dernière mise à jour : 2 Septembre 2016

O-tanjôbi omedetô gozaimasu : Maya Sakita (32 ans), Suzuna Kinoshita (33 ans).


Tokusatsu, kesako?

Tokusatsu (特撮) est un mot japonais signifiant littéralement "effets spéciaux". Par extension, on l'emploie pour désigner les films et séries lives de science-fiction japonais qui sont, par définition, gourmands en effets spéciaux, et plus particulièrement, les superhéros japonais.

Au Japon, les trois principales franchises de superhéros live sont Ultraman (Le plus célèbre représentant du sous-genre "Kyodai Héros" qui oppose des superhéros gigantesques à des monstres géants type Godzilla), Kamen Rider et Sentai (Les escadrons en costumes colorés type Bioman. A noter qu'en France, le terme "sentai" est souvent utilisé par erreur pour désigner le tokusatsu). Les autres superhéros sont regroupés sous l'appellation "Henshin héros" ("Henshin" signifie "transformation") ou "Henshin héroïnes" pour les personnages féminins.

Si certains reprochent à ces séries leur côté répétitif où chaque épisode se résumerait à un monstre à combattre, elles sont souvent bien plus complexes qu'on ne pourrait le croire avec des intrigues s'étendant sur plusieurs épisodes, des adversaires souvent plus complexes et tourmentés qu'on pourrait le croire et des scénarios truffés de clins d'oeil et références (parfois très subtils) à la culture japonaise ou même étrangère.

Les producteurs de ces séries ont vite compris qu'un bon moyen de fidéliser le spectateur masculin était de miser sur la plastique des héroïnes. Hélas, il faut bien reconnaître que dans les séries les plus anciennes, elles ne sont pas gâtées par les scénaristes qui les dépeignent le plus souvent comme de ravissantes idiotes ascendant demoiselles en détresse. Mais soyons honnêtes: ce genre de cliché n'était pas, à l'époque, exclusif du Japon. Et si, aujourd'hui encore, on n'est pas encore complétement débarrassés de certains clichés sexistes (comme l'obsession du shopping, par exemple), on a quand même des personnages féminins bien plus élaborées que par le passé et qui n'ont rien à envier à leurs confrères masculins en matière de courage et de combativité.

Ceux de ma génération ont eu la chance de voir plusieurs de ces séries diffusées en France dans les années 80 (Je sais, ça ne nous rajeunit pas), même si elles souffraient souvent de doublages fantaisistes avec erreurs de traduction et changements de voix à foison, ainsi que de la censure de scènes voire d'épisodes entiers, allant parfois jusqu'à l'arrêt d'une série avant sa conclusion. Les spectateurs d'aujourd'hui doivent hélas se contenter des "Power Rangers" qui sont des séries sentai remaniées par les américains qui retournent toutes les scènes où les héros apparaissent en civil avec des acteurs maisons. Dans ces conditions, de nombreux fans français de tokusatsu, n'ont d'autre choix que de se tourner vers le fansub pour suivre leurs séries préférées. Je ne saurais cependant trop vous conseiller l'achat de ces séries en DVDs japonais, certes chers et non-sous-titrés, mais de très grande qualité et bénéficiant de nombreux bonus (interviews, scènes coupées, fiches des personnages, dessins préliminaires...).

Pour finir, signalons qu'en plus des tokusatsus "officiels", il existe de nombreux "indie tokus", tournés par des studios indépendants avec très peu de moyens. Le plus célèbre représentant du genre est Zen Pictures, firme spécialisée dans les superhéroïnes sexy et combattives, souvent largement inspirées de concepts préexistants. A noter que Zen Pictures est une filiale d'une autre société spécialisée dans les superhéroïnes pornos et que quelques uns de leurs films sont en fait... ceux de la maison mère débarrassés des scènes hards.

Grand fan du tokusatsu et des actrices et idoles japonaises qui y apparaissent, j'ai créé ce site en 2006 pour vous faire partager ma passion. Vous y trouverez des images de mes toku-actrices préférées, ainsi que d'autres actrices non-japonaises dont je suis fan, mes critiques des films et séries auxquelles elles ont participé, et les fanarts qu'elles m'ont inspirés. Certes, le choix est subjectif et je m'attend à des réflexions du genre: 'Ouin, y a pas Machine!' 'Pourquoi y a Truc et pas Bidule?' 'C'est pas vrai: il a mis Chose qui est un vrai thon!' Je m'en excuse à l'avance.

En espérant que vous prendrez autant de plaisir à parcourir ce site que j'ai eu à le créer, je vous souhaite une bonne navigation. Comme disent les japonais: O-tanoshimi!